L’altération de la mémoire n’est pas identique au cours de la maladie d’Alzheimer et au cours du vieillissement. Les médicaments proposés dans la maladie d’Alzheimer ne sont pas dénués d’effets secondaires et leur efficacité, même minime, n’est pas retrouvée dans le vieillissement. Le pronostic de la maladie d’Alzheimer est aussi très différent. Il convient donc de les distinguer. Dans la maladie d’Alzheimer, les troubles de mémoire sont liés à une altération de l’hippocampe, dans le vieillissement, il s’agit d’une altération plus globale du cerveau, les troubles mnésiques seraient surtout attribués à l’altération du lobe frontal. L’hippocampe contrôle la capacité à enregistrer et à consolider dans le cerveau l’information qui a été notée par le cerveau. Le lobe frontal intervient plus sur l’analyse de l’information et la capacité de la retrouver. L’interrogatoire et les tests de mémoire permettent en général de préciser le diagnostic.

LE SUJET ÂGÉ NORMAL QUI SE PLAINT DE TROUBLE DE MÉMOIRE

En général, c’est une personne directement concernée par son trouble, qui oublie les faits récents. Il raconte précisément ses oublis. Ce sont des oublis accessoires, ” où ai-je mis mes lunettes ? “, ” ai-je fermé la porte à clé ? “… L’estimation des troubles est en général excessive. Quand on les fait bien préciser, il y a peu de conséquences sur l’autonomie, il existe des stratégies de compensation. En organisant sa vie, la personne arrive à ne pas être trop perturbée par ses troubles : rangement, prise de note…

LE SUJET MALADIE D’ALZHEIMER

Il est en général accompagné, c’est plus son entourage qui s’inquiète et qui raconte les oublis. Les conséquences sont dramatiques : oubli ou erreur de traitement, incapacité à gérer un budget, perte d’ autonomie. Le patient est anosognosique, c’est-à-dire qu’il n’a pas de conscience de son trouble. En raison des oublis rapides et de l’absence de conscience, les stratégies de compensation sont impossibles. Le patient oublie au fur et à mesure, il n’imprime pas, on a beau lui répéter, ça rentre et ça ressort immédiatement.

DIFFÉRENCIER LA PLAINTE DE LA PERFORMANCE

Il n’existe pas de relation entre l’intensité de la plainte de trouble de mémoire et la réalité de lésions cérébrales. Certains se plaignent beaucoup de leur mémoire alors qu’ils sont capables de raconter tous les oublis de leur vie ! À l’opposé, d’autres estiment leur mémoire tout à fait satisfaisante alors que leur entourage explique les nombreux oublis quotidiens (gaz, rendez-vous, déroulement de la journée…). Le médecin se trouve confronté à la nécessité de faire un examen précis. Les examens complémentaires, comme l’IRM, ne permettent pas de faire un diagnostic car parfois le cerveau s’atrophie de façon importante alors qu’il y a peu de troubles de mémoire ou bien c’est le contraire. Comme il n’est pas possible d’ouvrir la boîte crânienne pour y faire des prélèvements, c’est à travers l’interrogatoire et des tests de performance que l’on pourra établir la réalité d’une maladie ou simplement l’existence d’une légère perte de mémoire liée à l’âge, très amplifiée par un trouble psychologique anxieux ou dépressif. Certains tests sophistiqués sont pratiqués dans des consultations spécialisées. Le test des 5 mots peut être facilement pratiqué, il permet en général un dépistage précoce.

Dr Philippe TOURNESAC

Le test des 5 mots initialement développé par le docteur Bruno DUBOIS

On fait apprendre 5 mots : musée, limonade, sauterelle, passoire, camion.
Période d’apprentissage en les lisant et en les identifiant bien comme appartenant à une catégorie (insecte, véhicule…). On enlève le papier puis on fait un test de rappel immédiat sans aide (score A) puis avec aide (score B) pour les mots qui n’ont pas été retrouvés si besoin (indicage : couleur, famille d’objet…) : on obtient un score A+B, au maximum égal à 5, c’est le score d’apprentissage. Ensuite, pendant une période de 5 minutes, on occupe l’esprit de la personne à autre chose avec un effort intellectuel pour éviter de se réciter les mots. Puis, on fait un rappel de nouveau sans aide (score C) et éventuellement avec une aide (score D) ; le score C+D est le score de mémoire.
Au final, on a une note sur 10 qui correspond à la somme du score d’apprentissage et du score de mémoire.
Avant 70 ans, on s’inquiète au-dessous de 10, entre 70 et 80 ans, au-dessous de 9 et après 80 ans,
au-dessous de 8

Extrait de Santé Intégrative