Veines et insuffisance veineuse

La maladie veineuse chronique des membres inférieurs peut avoir différentes origines. Son apparition et son évolution sont souvent amplifiées par des facteurs de risque et dessituations aggravantes souvent méconnues.
Les maladies veineuses concernent 30 à 40% de la population.
La sensation de jambes lourdes est l’une des premières manifestations de l’insuffisance circulatoire veineuse.

Le diagnostic de votre médecin généraliste ou d’un phlébologue sera important :l’insuffisance veineuse est une maladie.

Les causes

Les affectations veineuses des membres inférieurs regroupent l’ensemble des manifestions liées à une perturbation du retour veineux.
Les veines assurent le retour du sang chargé de toxines jusqu’aux poumons pour qu’il soit ré oxygéné et acheminé vers le cœur d’où il repartira pour alimenter l’ensemble
des cellules du corps.
Les veines sont munies de valvules, sorte de clapets anti-reflux qui empêchent le sang de circuler en sens contraire et donc de redescendre vers les pieds.
De plus, l’activité musculaire dans le mollet permet d’activer la circulation sanguine
dans les valvules.
A l’origine de la maladie veineuse des membres inférieurs, on constate une dégradationde la paroi veineuse et une détérioration des valvules anti-reflux, qui provoquent une hyperpression veineuse.

Sous l’effet de cette pression, la veine pathologique se dilate, un reflux s’installe, générant une hyperpression, qui provoque elle-même une stase veineuse. Le sang stagne dans la veine et la déforme provoquant l’apparition de varices ou ampoules variqueuses.
Les affectations veineuses des membres inférieurs sont évolutives. Sans traitement, elles peuvent engendrer des complications graves.

Les situations aggravantes

La station debout prolongée.
L’obésité.
Le tabagisme.
La sédentarité.
L’alimentation déséquilibrée.
La grossesse.
Le port de vêtements trop serrés et de talons hauts.
Les bains trop chauds, les expositions au soleil.
Les longs voyages.
La contraception.
La ménopause

Les facteurs de risque

Le fait d’être une femme constitue, derrière l’hérédité, un facteur de risque important. Il en est de même pour la position au travail(position debout avec piétinement, position assise prolongée) et l’âge.
En dehors de la grossesse et de la ménopause, spécifiques à la femme, l’environnement joue un rôle déterminant dans la survenue des troubles. Les longs voyages, certains sports, sont autant de situations aggravantes qui nécessitent une réelle prise en compte du risque veineux.

Prévention

– Eviter les stations debout ou assise prolongées et les piétinements ;
– Eviter les talons hauts et les vêtements trop serrés ;
– Eviter une exposition prolongée aux sources de chaleur : soleil, bains, sauna, épilation à la cire chaude… ;
– Veiller à un bon équilibre alimentaire ;
– Surélever les jambes au repos ;
– Rafraîchir les jambes (douche à l’eau tiède) ;
– Privilégier la marche, la montée d’escaliers ;
– Pratiquer une activité ou un sport non traumatisant de manière régulière (natation, vélo, gymnastique, yoga, exercices quotidiens de flexion/extension des pieds,
mouvements de pédalage).

La contention veineuse

La contention assure un maintien efficace et dégressif de la jambe et tient compte des variations de diamètre du membre et de la pathologie.
Le talon doit être fermé pour comprimer les régions malléolaires. Le bout du pied peut être ouvert lorsqu’il s’agit de contention forte.
Il est très important qu’une prise de mesure adaptée soit réalisée en pharmacie.

On distingue plusieurs présentations :
· Les bas jarret s’arrêtent en dessous du genou. Ils conviennent pour des affections variqueuses du mollet ou des lymphoedèmes des chevilles.
· Les bas cuisse s’arrêtent à mi-cuisse. Ils peuvent être munis d’un système antiglisse qui évite le port de jarretelles, de ceinture ou de colle spéciale pour bas.
· Les collants existent pour hommes ou femmes. De forte contention, ils seront plus difficiles à enfiler.
· Les hémi-collants, modèle uni-jambe sont très pratiques
lorsqu’un seul membre est atteint.
· Les bandes doivent être posées avec soin,
elles seront déconseillées chez les personnes actives.
Ces présentations sont classées selon leur degré de contention et on parle de contention légère, moyenne ou forte. Seul le médecin, en fonction de la pathologie, pourra juger du type de contention à mettre en œuvre.

En dehors des bas prescrits par votre médecin, il existe des chaussettes, bas ou collants de maintien, en voile élastique, très esthétiques. Ils contribuent à une contention légère et progressive de la cheville à la cuisse.
Ces articles constituent une excellente prévention et apportent une solution efficace aux problèmes de jambes lourdes ainsi qu’aux problèmes veineux, intervenant à certaines périodes de la vie comme la maternité, la ménopause, et lors des voyages.

Conseils d’utilisation des bas
· Il faut les laver à l’eau froide et au savon, puis les sécher à plat,
loin de toute source de chaleur.
· Il ne faut pas appliquer de corps gras sur les jambes sans mettre une bande protectrice afin de ne pas altérer la qualité du bas.
· Il convient d’enfiler les bas avec précaution le matin.
On peut utiliser des enfiles bas si nécessaire.
· Ces articles de contention vous soulagent et apportent un réel confort ;
ils contribueront à éviter de graves complications. Il faudra les porter régulièrement, les enfiler dés le matin sur votre lit ou après une période de repos allongé.
· Il existe une grande diversité de modèles et de couleurs, ce qui vous encouragera à les porter chaque jour.

Demandez conseil à votre pharmacien, il saura orienter votre choix et vous fournir un article adapté à votre problème veineux, vos mensurations et votre goût.