La phytembryothérapie fait partie intégrante de la phytothérapie. La phytembryothérapie consiste en l’utilisation des tissus embryonnaires des arbres (bourgeons ou jeunes pousses, voire radicelles). Cette thérapeutique favorise la physiologie, modifie la biologie sanguine et le mental.

L’invention de la phytembryothérapie est faite en 1959 par le Docteur Paul Henry (1918-1988). Il met en place la méthodologie d’extraction de l’énergie contenue dans les bourgeons. Pour le Docteur Paul Henry, l’eau utilisée lors de l’extraction à un rôle très important de transmission énergétique du bourgeon et dans l’extraction des éléments actifs de la plante (tanins, sels minéraux, vitamines hydrosolubles, dérivés hydrosolubles).

Pourquoi les bourgeons ?

Le bourgeon est la principale réserve de méristème (groupe de cellules embryonnaires indifférenciées) des végétaux. Le méristème est une association de cellules totipotentielles (capables de tout faire, de tout engendrer).
In vitro, une seule de ces cellules embryonnaires peut reconstituer le végétal dans sa totalité.
Chaque cellule indifférenciée ou souche, contient beaucoup d’acides nucléiques (information génétique), des oligoéléments, minéraux, vitamines, enzymes, facteurs de croissance (auxines, gibbérellines), hormones qui disparaissent dés la formation de la chlorophylle.
Le terme de cellule indifférenciée désigne une cellule capable de donner par différenciation des cellules spécialisées.

Chaque bourgeon donne naissance à des tiges, des feuilles, des fleurs, des fruits, des graines…
Pour dire la puissance du bourgeon !!!

Méthode :

L’extraction est réalisée par macération au 1/20éme de bourgeons entiers et frais, dans 33% d’eau, 33% d’alcool et de33% de glycérine. Chacun de ces solvants a le pouvoir d’extraire des principes actifs différents. Cette macération dure 20 jours. Une agitation douce et constante est exercée pendant toute cette période.
Il s’en suit une filtration naturelle puis une extraction douce (permettant de ne pas lyser les tissus embryonnaires). Ce procédé permet d’obtenir entre 14 et 18l de macérât concentré.

Le laboratoire Dolisos par l’intermédiaire du docteur TETAU lui donna le nom de «Gemmothérapie» en préparant des macérâts glycérinés D1 alors que la phytembryothérapie utilise uniquement des macérâts concentrés (en opposition aux macérâts mère ou glycérinés D1).

Différence entre Gemmothérapie et Phytembryothérapie

La phytembryothérapie fait partie intégrante de la phytothérapie. Le macérât est concentré (eau, alcool, glycérine), les bourgeons sont laissés entiers pendant tout le procédé d’extraction. L’eau n’est elle pas l’élément essentiel au développement de la plante ?
Au niveau de la posologie : de 5 à 15 gouttes/jour.

La gemmothérapie fait partie intégrante de l’homéopathie. Elle est basée sur du macérât glycériné 1D qui est réalisé avec de l’alcool et de la glycérine sans eau et il est dilué 10 fois. Les bourgeons sont broyés avant même l’extraction qui est faite avec de la glycérine (50%) et de l’alcool (50%). L’extraction se fait par filtration puis extraction par pression forte. Enfin, la dilution est faite au 1/10ème dans un mélange de 16% d’eau, 34% d’alcool et 50% de glycérine.
Au niveau de la posologie : de 50 à 150 gouttes/jour